Sortie d’automne:23 octobre 2010

Sortie botanique du 23 octobre 2010

Une vingtaine de personnes a participé à la sortie botanique d’automne organisée, dans le cadre de la semaine de la science, par les Amis de Perpezac-le-Blanc, samedi 23 octobre. A noter la présence de Cyrille, de l’ALBL et de l’association « Le pic Noir » venu de Vassivière découvrir les plantes des milieux calcaires .
Le soleil au rendez-vous a contribué à la réussite de cette sortie encadrée par des botanistes confirmées: Danielle Crémoux et Catie Faurie de l’ALBL. Catherine Huber, cuisinière professionnelle bio, spécialiste de l’utilisation culinaire des herbes sauvages a présenté un grand nombre de plantes comestibles: graines de berce à la saveur acidulée, cenelles, cynorrhodons, feuilles d’orties, qu’un peu de savoir faire permet même de manger crues sans se piquer.
Les botanistes n’ont pas manqué de signaler au passage quelques baies qui malgré leur aspect engageant peuvent se révéler toxiques voire même mortelles: troëne, tamier, douce-amère…
A la Mine, un panier garni de fruits d’automne parfaitement comestibles: châtaignes cuites (boursades), noix, noisettes, sorbes, a fait retrouver aux promeneurs quelques saveurs de leur enfance. Au retour une boisson leur était offerte au café du village.
Belle après-midi, instructive et conviviale.

     

    

     

          

PETITS FRUITS  ET  GRAINES  D’AUTOMNE SUR LE SENTIER DE LA MINE

 

Article de Catie Faurie paru dans l’Ancolie, bulletin de liaison de l’ALBL (Amicale Legendre des Botanistes du Limousin=

                                 Sortie du 23 Octobre 2010 à PERPEZAC-le –BLANC(19)

Thème : « Petits fruits et graines d’automne sur le sentier de la Mine » 

Cet automne les Amis de Perpezac-le-Blanc ont désiré participer à la Fête de la Science en allant à la découverte des petits fruits d’automne sur le sentier botanique plus connu pour ses orchidées au printemps. Anne-Marie Boudy nous fait d’abord passer par son potager pour nous montrer un pied d’Ecballium elaterium, le concombre d’âne, ou fameux cornichon sauteur, plante toxique qui explose au moindre frôlement pour disséminer ses graines. Sur le sentier quelques Ronces ont encore des fruits : Rubus discolor et Rubus caesius. Partout les Orties, Urtica dioica, laissent pendre leurs minuscules graines aux propriétés stimulantes remarquables ; mais quel travail pour les récolter ! Eupatorium cannabinum, l’Eupatoire chanvrine, se dresse au bord du chemin, avec ses petits plumets d’akènes qui seront dispersés par le vent.  Clematis vitalba, la Clématite des haies, plante toxique est maintenant recouverte de ses fruits plumeux ; les lianes de l’herbe aux gueux ou bois à fumer, parfois grosses comme le bras, grimpent partout. Rubia peregrina, la Garance voyageuse, s’accroche aux broussailles. Le sol calcaire lui convient bien ; ses petits fruits noirs et luisants, légèrement toxiques, ont des propriétés laxatives et diurétiques. Ils se confondent avec ceux de Ligustrum vulgare, le Troène, toxiques eux aussi. Au sol attention aux baies rouges d’Arum italicum, l’Arum d’Italie ou Gouet ;  ces raisins de serpent très attractifs pour les enfants sont très toxiques. Hedera helix, le Lierre  aux fleurs tardives offre un dernier festin aux abeilles et aux frelons. Ses graines toxiques pour l’homme nourriront bon nombre d’oiseaux, le lérot et le renard. Parthenocissus quadrifolia, la Vigne vierge, accroche ses draperies rouges envahissantes  aux arbres. Goûterons-nous ses baies bleues ? Par contre laissons de côté, même pour en faire un collier, les guirlandes de baies rouges très toxiques de Tamus communis, le Tamier, l’Herbe aux femmes battues. Un  Cotoneaster  offre ses baies aux merles et aux fauvettes, mais laissons les aussi. Par contre nous  reviendrons  ramasser  les fruits pruineux de Prunus spinosa, le Prunelier, après les premières gelées pour faire des confitures ! Quant aux cupules des glands de Quercus humilis, le Chêne pubescent, et Quercus petraea, le Chêne sessile, elles font de bons sifflets pour petits et grands ! Nous laisserons aux oiseaux les cenelles de Crataegus monogyna, l’Aubépine, plutôt fades et farineuses, utilisées pendant les famines. Près de ruisseau du Cluzel quelques pieds de Solanum nigrum, la Morelle noire, montrent leurs petites baies toxiques vertes et noires, appelées encore tue chien ou raisin de loup. Sa cousine Solanum dulcamara, la Douce-amère, aux baies rouges plus ovoïdes, est aussi toxique. Plus loin  quelques pieds d’Arctium lappa, la grande Bardane, étalent leurs grandes feuilles et leurs fruits « velcro » s’accrochent aux vêtements ;  ce sont les racines cuites qui seront meilleures en légumes. Ceux qui  auront le courage de cueillir les fruits de Rosa canina, l’Eglantier, et d’en faire quelque breuvage ou  confiture,  passeront un bon hiver protégés par la vitamine C contenue dans les cynorrhodons. En grimpant vers le plateau, nous traversons un bois où pousse  Buxus sempervirens, le Buis, odorant qui donna son nom à quelques lieux des alentours, telle La Boissière à Ayen. Un dernier arrêt sous un Sorbus domestica, le Sorbier domestique ou Cormier, ce bel arbre un peu tombé en désuétude, planté près des maisons contre les mauvais esprits ; il faudrait le réintroduire dans nos haies,  son bois dur et dense est apprécié des ébénistes et des luthiers ; ses fruits en forme de petites poires sont succulents, crus ou cuits. Nous en remplissons nos poches.  Arrivés à la petite Mine à ciel ouvert qui donne son nom au sentier, nous remarquons quelques fruits de Ruscus aculeatus, le Fragon, ou Petit Houx, sur les fausses feuilles des rameaux.

Pour terminer la sortie sur une note gustative chaleureuse, nos amis de Perpezac nous ont amené un panier rempli de noix, noisettes, cormes, raisins et châtaignes, qui régalent tout le monde ; ici pas de risque d’empoisonnement !!!

 

Sources : Fruits, baies et noix des Blamey, « Petits fruits » d’I.Jacob, les plantes sauvages de T.Thévenin, l’accompagnement de C.Huber cuisinière de plantes sauvages…

FacebookTwitterGoogle+Partager

Laisser un commentaire